Nombre total de pages vues

jeudi 5 septembre 2013

La boîte à trésors




Que de trésors emperlés rangés
dans cette petite boîte en fer
Souvenirs échelonnés
des temps passés qui errent

Avec délicatesse elle retire
de sa main tremblante ridée,
un à un les vestiges des ruines
de l’horloge des saisons alpaguées

Dans le reflet de ses pensées en cage
où elle s’est enfermée avec l’âge,
chaque objet si cher à son cœur
lui joue un air de mélancolique douceur

Et le film rediffuse pour la énième fois
l’à rebours des jours heureux
Là des gants blancs, une fleur séchée,
gages d’amour des serments de l’aimé
Ici, un mouchoir brodé,
œuvre délicate d’une mère adorée
Une mèche de cheveux
du petit enfant qu’elle revoit au berceau
Sa jeunesse étiolée en filigrane
sur les pixels d’une photo

Une larme perle à ses yeux tristes,
aveux de regrets éternels
témoignant d’une vie qui défila
bien trop vite pour elle
Son existence fut jalonnée
d’expériences riches et belles
Qui la firent grandir et dispenser
mille bienfaits sempiternels

Elle donnerait tout,
c’est-à-dire plus grand-chose,
pour faire demi-tour
Retrouver son amour,
ses enfants, ses amis, ses atours

Elle ne peut que regarder
les albums vieillis d’antan
jaunis par le soleil
et les vicissitudes de ses printemps
Attendant l’ultime jour espéré sans candeur
où elle rejoindra, dans un dernier souffle,
l’élu de son cœur

A la voir ainsi assise, frêle, sur son lit
En bonne fée vous exhausseriez ses envies
Mais les contes sont là pour faire rêver
Et avec elle, ses espoirs seront emportés

Elle vous dirait : « vivez chaque instant présent
comme le dernier, aussi ardemment
Pour que demain, qui arrive bien trop tôt,
vous laisse apaisés sans remords sots ».

Marisa F. (05/09/2013)
Tous droits réservés